La Physiocratie

Doctrine présentant une conception générale de la société, la Physiocratie repose sur deux concepts essentiels :
- l'un de caractère philosophique: l'ordre naturel,
- l'autre, de caractère économique : le produit net.

Les Physiocrates considèrent qu'il existe des lois naturelles, immuables et universelles, oeuvre de l'Être suprême. L'homme peut les découvrir, par l'intermédiaire de la raison, et il doit les respecter car elles sont les meilleures qui puissent se concevoir.
Le terme de Physiocratie montre le parallélisme établi entre le corps humain et le corps social, soumis tous les deux à des lois naturelles permanentes dont il importe de ne pas perturber l'action. Dans la société, l'individu doit donc être libre d'agir selon ces lois. La tâche des gouvernements devra se limiter à les faire respecter, et tout particulièrement à maintenir la propriété, la liberté du travail et de la circulation des personnes et des biens, en donnant libre cours aux initiatives personnelles :" Laisser faire, laisser passer".

Réfutant la conception mercantiliste suivant laquelle seuls les métaux précieux constituent la richesse, Quesnay estime que l'argent n'est qu'un intermédiaire et que la vraie richesse découle d'un produit consommable, c'est-à-dire de la portion excédant les dépenses engagées pour l'obtenir. Ce produit net irrigue le corps social comme le sang irrigue le corps humain, car les propriétaires et les manufacturiers ont besoin d'acheter les produits agricoles aux cultivateurs, tandis que ceux-ci doivent acheter les produits manufacturés. Le produit net n'existe ni dans l'industrie, ni dans le commerce ; il n'y a que l'agriculture qui le fournit et qui, à ce titre, mérite d'être qualifiée de productive.

Cette doctrine est illustrée par le " Tableau économique " œuvre maîtresse de François Quesnay. Dans cet outil d'analyse économique, Quesnay utilise, pour la première fois, la notion de macro-économie, introduit la notion d'indépendance des activités économiques et celle de l'équilibre des quantités globales, et met en évidence les flux des circulations des Richesses. Cette doctrine donne, pour la première fois, au terme "classe" son sens social moderne. Jusque là ce terme servait à la répartition des individus d'après leurs revenus, en vue du prélèvement de l'impôt. Quesnay imprime à ce terme une spécificité nouvelle. La fonction économique étant, chez lui, le critère de la distribution des classes, celles-ci conceptualiseront les ensembles de personnes qui occupent une place semblable dans la circulation du revenu et le processus de production des biens.

les physiocrates ont paru dominer un temps le nouveau champ du savoir; c'est, en partie, parce qu'ils ont su s'assurer, mieux que leurs adversaires, la maîtrise des codes sociaux de la communication. Forts de leurs amitiés à la cour, appuyés sur leur périodique : " Les Éphémérides du Citoyen " ils sont les premiers à vouloir doter l'économie politique d'instruments pédagogiques (cours, manuels…) et, plus encore, à construire un vocabulaire et des modèles en rupture avec la langue et les opinions communes. Ils donneront ainsi naissance à toute l'économie politique classique et, par là même, à l'analyse économique contemporaine. Dans ce domaine, les auteurs des mouvements d'idées ultérieurs, même ceux qui sont apparemment les plus éloignés d'eux, leur sont tous redevables en quelque façon.

Maximes économiques