Rue Léopold Bellan

Cette rue fut baptisée du nom de cet enfant de Méré, à la mort de celui-ci, en 1936.

L'inauguration se fit en présence de représentants de la fondation Léopold Bellan et cette fondation offrit à la municipalité les premières plaques qui furent apposées.

Lorsque la famille Bellan était méréenne, habitait-elle cette rue pour que celle-ci fut choisie pour célébrer ce philanthrope.?


Square Raoul Breton

anciennement : Place de la mairie

Cette place fut créée en 1967, à l'emplacement du jardin de la ferme Moulin, dont les bâtiments servirent de base à la réalisation de la nouvelle mairie.

Elle devint le square Raoul Breton le 17 juin 1978, en mémoire de ce célèbre éditeur de musique, décédé en 1969 , qui avait résidé au "Colombier". L'inauguration se fit avec érection d'une stèle supportant une plaque, offerte par Broadcast Music Inc, l'équivalent américain de la SACEM.La stèle était initialement au milieu du square. Elle fut déplacée vers son emplacement actuel pour ménager un accès aux espaces verts à la création de ceux-ci.



"EN SOUVENIR RECONNAISSANT DE RAOUL BRETON QUI A TANT FAIT POUR INTRODUIRE LA MUSIQUE DE FRANCE AU PEUPLE DES ÉTATS-UNIS"


Cortège de noces devant la ferme Moulin

De très nombreux artistes, attachés à la maison d'édition Raoul Breton, participèrent à cette manifestation.

Lors du vin d'honneur qui eut lieu à la mairie, après l'inauguration de la stèle, Monsieur Maurice Page, maire de Méré, fit le speech suivant :
" Nulle autre commune n'est plus qualifiée que Méré pour honorer Raoul Breton. Nul autre département n'est plus qualifié pour honorer sa mémoire: "les Yvelines", ce superbe prénom enchanteur qui l'avait forcé dans son choix de résidence "Le Colombier", qui est une merveille, couvrant dix hectares de plantations arboricoles qui font l'admiration des touristes.
Profitant d'un instant de repos, nous nous sommes entretenus, à sa demande, d'un peu d'histoire de Méré :
- que signifie le blason de la commune ?
- Les trois pensées sous cette inscription : PROPTER COGITATIONEM MENTIS, ce qui veut dire : PROSPÉRITÉ EN COGITANT L'ESPRIT, ont été dédiées par le roi Louis XV à François Quesnay, célèbre physiocrate, né à Méré et auteur de la fameuse maxime : "Laisser faire, laisser passer ".
Après avoir parcouru le monde entier, ces drapeaux, ces étendards en sont le témoignage. Merci Charles Trenet, Merci Charles Aznavour, Merci Gilbert Bécaud et vous tous. Vous êtes les meilleurs "colombophilistes" … Aussi permettez-moi de vous déclarer "CITOYENS D'HONNEUR DE LA COMMUNE DE MERE ". Faites nous le plaisir de dédicacer le livre d'or de la commune. Merci " Marquise ", Merci pour toujours, pour la postérité".


(de g à d): Mme Breton,Gilbert Bécaud, Charles Trenet, Charles Aznavour, Mireille et J.J. Debout.b5d7b1

( de g à d): Gilbert Bécaud, Charles Trenet et Mme Breton.


(de g à d) : Louis Amade, Gilbert Bécaud et Chantal Goya.


Rue du Dragon
Lorsque la première maison fut construite, par une famille Tribouharet, dans ce secteur , cette voie fut ouverte pour la desservir. Un nom ne lui ayant pas été donné, les méréens ne pouvaient pas dire "la rue de Tribouharet" car il y avait plusieurs familles Tribouharet à Méré, à cette époque. Comme le fils de cette famille (assis par terre au centre de la photo) était dans un régiment de Dragons et qu'il aimait bien se promener en tenue dans le village, la rue fut vite appelée "la rue du Dragon". Cette appellation est restée et a été entérinée par le conseil de l'époque.

Rue de Mareil

anciennement : route de Mareil
C'était autrefois la route reliant Méré à Mareil