Certains vestiges du temps passé sont cachés chez des particuliers.

Il en est ainsi pour des caves à vin, dans des maisons au centre du village, autour de l'église.
Ces caves, du XVIème pour certaines, sont construites en meulières noires ou foncées, venant vraisemblablement du "Pierrier d'encre".
Elles témoignent d'une époque où la vigne était cultivée dans la région.


De mystérieuses légendes ont été rapportées, à propos de ces caves, par des anciens du village faisant état de souterrains permettant à des attelages de mener charrois jusque Neauphle , ou même plus loin. Malheureusement aucune trace de souterrain n'a été identifiée dans la région, et les caves existantes n'ont pas la capacité d'accueillir de tels attelages.

On trouve également dans certaines maisons, des fours à pain du XVIIIème siècle
.

D'autres vestiges sont sur la voie publique.

Après les travaux des champs, les attelages remontant de la plaine trouvaient à cet endroit, près du lavoir où les paysans pouvaient faire causette avec les lavandières, un pédiluve pour le rafraîchissement des sabots des bêtes et un puits.

Les lavoirs
Il ne reste à Méré qu'un seul lavoir à avoir échappé aux liquidations de ces constructions aux environs de 1950.
Il se trouve rue du ru Bizard.

En plus de ce lavoir, il y en avait deux autres, rue du colombier et rue de Mareil, dont nous gardons une trace photographique.

Aucune trace d'un quatrième, rue de la maladrerie, dont nous ne connaissons l'existence que par les souvenirs des anciens.

La croix de Saint-Jacques.
Cette croix, rue du général de Gaulle, identifiée comme étant de Saint-Jacques, balisait l'un des nombreux itinéraires qui convergeaient vers Tours pour ensuite gagner Saint-Jacques-de-Compostelle par la voie Tourangelle.