L'Eglise originelle
Au moyen-âge, l'utilisation de tracés géométriques simples, tels que le carré, le triangle équilatéral et le cercle, était le moyen le plus sûr de reproduire avec fidélité les dessins à petite échelle du concepteur.

L'analyse du plan de l'église originelle fait apparaître un plan régulateur, induit par l'égalité entre la largeur et la hauteur de la nef et montrant un édifice composé d'une nef à trois travées carrées, terminée par une abside s'inscrivant dans un carré de même dimension et flanquée, au nord, d'un clocher s'inscrivant dans un carré de côté moitié des précédents.

La découverte de ce plan de construction permet , avec une bonne certitude, de dater l'église originelle du XIIème siècle. Les maçonneries ont souvent été remaniées et les éléments identifiés comme les plus anciens sont :

  • La base du clocher jusqu'à la naissance des voûtes,
  • La grande arcade du clocher, dont la trace est visible dans la maçonnerie, qui ouvrait sur la nef,
  • Le grand arc de l'abside, la base polygonale de l'abside, jusqu'à la naissance des voûtes.

Les voûtements actuels de la salle basse du clocher et de l'abside, d'après le profil des nervures, ont été rapportés à la fin du XIIème, début du XIIIème siècle.
La nef unique, voûtée, en berceau lambrissé, était éclairée par des fenêtres en ogive (les traces étaient visibles de l'intérieur, dans la maçonnerie, avant la restauration de 2010) situées en haut des murs. De telles fenêtres en ogive sont visibles, de l'extérieur, dans la maçonnerie de la partie basse du clocher.
Une porte, dont l'emplacement est toujours visible, de l'intérieur, donnait accès au cimetière entourant l'église.

Extraits du document:"Analyse archéologique de l'église" (1997), de Mme NOIRIEL, architecte,
maître d'œuvre des travaux de restauration de l'église.